segunda-feira, dezembro 10, 2007

Novos sinais na economia mundial

La Banque du Sud, qui se veut une riposte latino-américaine au Fonds monétaire international (FMI), a été lancée, dimanche soir 9 décembre, à Buenos Aires, au cours d'une cérémonie à laquelle participaient six des sept présidents des pays d'Amérique du Sud impliqués dans ce projet : le Venezuela, le Brésil, la Bolivie, l'Equateur, l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay.


"Cette banque doit être le premier pas vers une monnaie commune à l'Amérique du Sud", a déclaré au cours de la cérémonie le président bolivien, Evo Morales. Cette banque régionale, dotée au départ d'un capital de 7 milliards de dollars (4,8 milliards d'euros), a pour vocation, a expliqué le président brésilien, Luis Inacio Lula da Silva, de "financer des projets dans des secteurs-clés de l'économie, comme les infrastructures, la science et la technologie, et pour la réduction des inégalités dans la région".

Le projet est né de la volonté d'Hugo Chavez de contrer les Etats-Unis et les institutions financières internationales, notamment le Fonds monétaire international (FMI). Le président vénézuélien considère ce dernier comme"une malédiction, dont les politiques de choc ont apporté la faim, la misère et la violence à nos peuples", a-t-il dit à son arrivée dans la capitale argentine.

DSK À BUENOS AIRES

Quelques questions statutaires restent cependant à régler. La quote-part de chaque pays au capital de la banque n'a pas encore été déterminée, tout comme la répartition des droits de vote. Les sept pays fondateurs ont soixante jours à compter du lancement officiel de l'institution pour trouver un accord sur les modalités de son fonctionnement.

La Banque du Sud aura son siège à Caracas, et les sept pays fondateurs espèrent obtenir l'adhésion des cinq autres pays sud-américains : le Chili, la Colombie, le Pérou, le Guyana et le Surinam. Statutairement, la Banque du Sud devra limiter ses activités à la seule Amérique du Sud.

Dimanche soir, seul manquait l'Uruguayen Tabaré Vazquez à la cérémonie de lancement de la banque. Celui-ci doit arriver lundi à Buenos Aires pour assister à l'investiture de Cristina Fernandez de Kirchner à la tête de l'Argentine, en compagnie de tous les chefs d'Etat signataires. Ironie du sort, Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI, sera également présent à leurs côtés pour assister à la prise de fonctions de la nouvelle présidente argentine.

Le Monde, 10 dez 2007

Sem comentários: