domingo, abril 13, 2008

La pratique de l'art

Des grottes d'Altamira à Picasso, en passant par Vélasquez, la peinture à toujours été abstraction. Face aux tenants inconditionnés du "realisme", j'ai dit bien des fois que la "réalite" n'est jamais dans la peinture, qu'elle ne peut se trouver que dans la tête du spectateur. L'art est un signe, un object, une suggestion de la réalité à notre esprit.
Je ne vois donc aucun antagonisme entre abstraction et figuration du moment que l'une et l'autre nous suggèrent cette idée de réalite. La réalite que rencontrent les yeux est une ombre bien pauvre de réalite. (1955)

Une tendence artistique, c'est le désir d'une autre forme d'être. Si ce désir est vital, tout en est pénétré. A travers tout il peut marquer idées et coutumes. Je ne crois pas que les changements de goût et de mode soient arbitraires, même, en leur origine, ceux de la mode vestimentaire; ils répondent à ce nouveau désir d'être. Viennent ensuite les manifestations grégaires de frivolité qu'un exploite le comerce.
Je me méfie en principe de tous les mouvements collectifs, et par conséquent des mouvements artistiques et des écoles. Nous savons qu'il est possible de créer et de mantenir artificiellement un "mouvement", sans que celui-ci représent rien, sans qu'il exerce la moindre influence sur la réalite, laquelle s'ouvre d'autres voies. (1964)

Antoni Tàpies in La pratique de l'art, Galimard, Paris, 1974

Sem comentários: