sexta-feira, junho 13, 2008

Poesia de Junho XIII

Nocturne


Je suis effrayé

Par les feuilles mortes

Et j’ai peur de prés

Baignés de rosée.

Je vais m’endormir.

Si tu ne m’éveilles,

Tu trouveras à tes côtés mon cœur glacé.

Qu’est-ce qui résonne

Au loin?

L’amour.

Le vent sur les vitres,

Mon amour !

J’ai mis à ton cou

Des gemmes d’aurore.

Pourquoi me laisser

Parmi ce chemin ?

Si tu vas au loin,

L’oiseau va pleurer

Et la verte vigne

Restera sans vin.

Qu’est-ce qui résonne

Au loin ?

L’amour. Le vent sur les vitres.

Mon amour !

Tu ne sauras point

Mon beau sphinx de neige

Avec quelle ardeur

Je t’aurais chéri

Au petit matin,

Lorsqu’il pleut si fort

Que sur l’arbre sec

Se défait le nid!

Qu’est-ce qui résonne

Au loin?

L’amour. Le vent sur les vitres.

Mon amour !

Federico Garcia Lorca (1898-1936)

Tradução de André Belamich

Sem comentários: