domingo, outubro 17, 2010

PEUR DU FACTEUR

Vous les prisonniers en tout lieu
envoyez-moi tout ce que vous avez
de terreur, de hurlement et d´ennui

Vous les pêcheurs sur toutes les côtes
envoyez-moi tout ce que vous avez
de filets vides et de mal de mer

Vous les payasans en toute terre
envoyez-moi tout ce que vous avez
de vieilles fleurs et nippes
de seins déchirés
ventres ouverts
ongles arrachés
à mon adresse... dans n´importe quel café
n´importe quelle rue du monde
Je prépare un "énorme dossier"
sur la souffrance humaine
pour le soumettre à Dieu
dès qu´il sera signé par les lèvres des affamés
et les cils de ceux qui attendent
Mais, ô malheureux en tout lieu
ce que je crains par-dessus tout
c´est que Dieu soit analphabète.

Muhammad al-Maghut

Sem comentários: